Friday, March 04, 2005

La critique des critiques

5865316_80689edbce
Truffaut, Bazin, Rivette, Godard, Daney, les bons films font de bons critiques de cinéma et vice-versa ? Sur un marché aux puces de Lisbonne, j’ai trouvé ce numéro « black and white » spécial des Cahiers du cinéma consacré à Orson Welles. Il date de 1982. L’introduction est de François Truffaut (écrite dans l’avion « Paris-Los Angeles »), les textes et entretien de Jean Claude Biette, Jean Narboni, Michel Chion, Jean Cocteau ou Sacha Guitry. Jean Cocteau y donne certainement la meilleur définition du cinéma et de la mise en scène : « La caméra au cinéma, c’est l’œil du destin ». La qualité de la critique française aujourd’hui est dans un piteux état, comme le cinéma français d’ailleurs. Les meilleurs critiques sont peut-être celles que l’on trouve désormais sur certains blogs francophones ou anglophones. Pour l'instant, ma recherche n'a rien donné, je continue, si vous avez des liens à proposer, you're welcome...

2 comments:

  1. Je suis très intéressé par ta découverte du cahier consacré à Orson Welles de 1982. J'ai passé une bonne partie de mes vacances à analyser les deux versions (VO et Vf) du "Procès" et de faire la comparaison entre le texte de Kafka et l'adaptation de Welles. En observant attentivement la séquence où Leni (Romy Scneider) accueille Joseph K (Perkins) et son oncle Max chez l'avocat Hastler (Orson Well himself) on constate qu'elle perd brusquement, d'un plan à l'autre, la bougie qu'elle tenait à la main. Quelle conclusion faut-il en tirer, ô grand maître de la psychanalyse?

    ReplyDelete
  2. Je suis très intéressé par ta découverte du cahier consacré à Orson Welles de 1982. J'ai passé une bonne partie de mes vacances à analyser les deux versions (VO et Vf) du "Procès" et de faire la comparaison entre le texte de Kafka et l'adaptation de Welles. En observant attentivement la séquence où Leni (Romy Scneider) accueille Joseph K (Perkins) et son oncle Max chez l'avocat Hastler (Orson Well himself) on constate qu'elle perd brusquement, d'un plan à l'autre, la bougie qu'elle tenait à la main. Quelle conclusion faut-il en tirer, ô grand maître de la psychanalyse?

    ReplyDelete